LA MAISON DE DIEU
CHAPITRE 3
1 Rois 4:24-25; 1 Rois 5:1-5; 1 Rois 6:1-7

COATES Le tabernacle était une tente qu'on pouvait transporter de lieu en lieu, tandis que le temple, étant en rapport avec le royaume, avait un caractère plus permanent.

Psaumes 78:68-72 : « Mais il choisit la tribu de Juda, la montagne de Sion qu'il aima. Et il bâtit son sanctuaire comme des lieux très-hauts, comme la terre qu'il a fondée pour toujours. Et il choisit David, son serviteur, et le prit des parcs des brebis; Il le fit venir d'auprès des brebis qui allaitent, pour paître Jacob, son peuple, et Israël, son héritage. Et il les fit paître selon l'intégrité de son coeur, et les conduisit par l'intelligence de ses mains »
Quand le royaume fut établi et que la montagne de Sion fut assurée, David eut à cœur de construire un temple pour l'Eternel. Il y avait un lien très intime entre le roi élu et le lieu choisi par Dieu pour Sa maison, comme nous le voyons au Psaume 78: Il choisit la tribu de Juda, la montagne de Sion qu'il aima (Psaumes 78:68) ..., Il choisit David Son serviteur (Psaumes 78:70).

« (4:24) Car il dominait sur tout ce qui était en deçà du fleuve, depuis Thiphsakh jusqu'à Gaza, sur tous les rois en deçà du fleuve; et il était en paix avec tous ses alentours, de tous côtés. (4:25) Et Juda et Israël habitèrent en sécurité, chacun sous sa vigne et sous son figuier, depuis Dan jusqu'à Beër-Shéba, tous les jours de Salomon. » (1 Rois 4:24-25)

« (5:1) Et Hiram, roi de Tyr, envoya ses serviteurs vers Salomon, car il avait entendu qu'on l'avait oint pour roi à la place de son père; car Hiram avait toujours aimé David. (5:2) Et Salomon envoya vers Hiram, disant: (5:3) Tu sais, quant à David, mon père, qu'il ne put bâtir une maison pour le nom de l'Éternel, son Dieu, à cause de la guerre dont ses ennemis l'entourèrent jusqu'à ce que l'Éternel les mit sous la plante de ses pieds. (5:4) Mais maintenant l'Éternel, mon Dieu, m'a donné de la tranquillité de tous les côtés; il n'y a ni adversaire ni événement fâcheux. (5:5) Et voici, j'ai résolu de bâtir une maison pour le nom de l'Éternel, mon Dieu, ainsi que l'Éternel a parlé à David, mon père, disant: Ton fils, que je mettrai à ta place sur ton trône, lui, bâtira une maison à mon nom. » (1 Rois 5:1-5)

Il résulte de ce qui précède que les enfants d'Israël, délivrés de leurs ennemis, habitaient en sécurité, chacun sous sa vigne et sous son figuier (1 Rois 4:24-25). David avait foulé aux pieds tous ses ennemis, et ainsi Salomon peut dire au commencement de son règne: L'Eternel mon Dieu m'a donné de la tranquillité de tous les côtés, il n'y a ni adversaire ni événement fâcheux (1 Rois 5:4).

Juges 17:6 : « En ces jours-là, il n'y avait pas de roi en Israël; chacun faisait ce qui était bon à ses yeux »

2 Chron 9:8 : « Béni soit l'Éternel, ton Dieu, qui a pris plaisir en toi, pour te placer sur son trône comme roi pour l'Éternel, ton Dieu ! Parce que ton Dieu a aimé Israël pour l'établir à toujours, il t'a fait roi sur eux pour faire droit et justice »
Aujourd'hui Dieu a établi Son royaume par le triomphe de Sa grâce, quoique non d'une manière publique. Christ -- le vrai David -- a vaincu; Il a réduit au silence tout adversaire. Il fut fait péché afin d'ôter le péché par le sacrifice de Lui-même. Il est mort pour nos offenses. De plus, Il a annulé la mort; Il a rendu impuissant celui qui en avait le pouvoir; Il a racheté ceux qui étaient sous la malédiction de la loi; et Il a foulé à Ses pieds tous nos ennemis. Par l'œuvre de la rédemption, Il a dépouillé les principautés et les puissances, et Il a écrasé toutes les forces de l'ennemi. Il a fait cela pour que nous ayons nous aussi, de la tranquillité de tous les côtés (1 Rois 5:4).

Psaume 132:1-6 : « Éternel, souviens-toi de David, et de toutes ses afflictions ! Comment il a juré à l'Éternel, et fait un voeu au Puissant de Jacob: Si j'entre dans la demeure de ma maison, si je monte sur le lit où je couche, si je permets à mes yeux de dormir, à mes paupières de sommeiller, jusqu'à ce que j'aie trouvé un lieu pour l'Éternel, des demeures pour le Puissant de Jacob ! Voici, nous avons ouï parler d'elle à Éphrata, nous l'avons trouvée dans les champs de Jaar »
Le royaume ayant été établi, le peuple d'Israël était ramené sous l'autorité de Dieu. Au temps des juges, il n'y avait pas de roi et chacun faisait ce qui était bon à ses yeux (Juges 17:6).

Plus tard il fut donné au peuple un roi qui devait le gouverner selon le bon plaisir de Dieu. Il est dit de Salomon qu'il fut placé sur le trône comme roi pour l'Eternel, son Dieu (2 Chron 9:8). Or Christ occupe cette place, quoiqu'Il soit plutôt notre Seigneur et que nous attendions encore Son règne glorieux. Nous trouvant déjà dans le royaume de Dieu, nous goûtons la grâce et l'amour divins dont notre Seigneur Jésus est la parfaite expression, et nous marchons ainsi selon le bon plaisir de Dieu.

2 Sam 5:6-7 : « Et le roi alla avec ses hommes à Jérusalem contre les Jébusiens, habitants du pays; et ils parlèrent à David, disant: Tu n'entreras point ici; mais les aveugles et les boiteux te repousseront; pour dire: David n'entrera pas ici. Mais David prit la forteresse de Sion; c'est la ville de David »

2 Sam 6:17 : « Et ils amenèrent l'arche de l'Éternel, et la placèrent en son lieu, dans la tente que David avait tendue pour elle. Et David offrit des holocaustes et des sacrifices de prospérités devant l'Éternel »
Mais, tout en détruisant le pouvoir de l'ennemi et en gouvernant le peuple d'Israël selon le bon plaisir de Dieu, le roi David avait toujours devant lui la maison de l'Eternel. Au jour de son rejet, il avait résulu de trouver un lieu pour l'Eternel, des demeures pour le Puissant de Jacob ! Voici, nous avons ouï parler d'elle à Ephrata, nous l'avons trouvée dans les champs de Jaar (Psaume 132:5-6).

Et sitôt qu'il fut oint, il prit par assaut la forteresse de Sion: c'est la ville de David (2 Samuel 5:7); il fit ensuite monter l'arche jusque dans la ville de David avec joie.

L'Eternel n'avait-il pas choisi Sion ? Ne l'avait-il pas désirée pour être Sa demeure ? Oui; car il, avait dit: C'est ici mon repos à perpétuité; ici j'habiterai, car je l'ai désirée (Psaume 132:13-14).

Psaume 132:13-14 : « Car l'Éternel a choisi Sion; il l'a désirée pour être son habitation: C'est ici mon repos à perpétuité; ici j'habiterai, car je l'ai désirée »
Or David voulait s'assurer du lieu que Dieu avait choisi pour y transporter l'arche. Sion devint ainsi le témoin de la suprématie de David. Sion représente encore la grâce et les bénédictions divines qui nous sont assurées dans un Christ ressuscité. Les propos divins étant établis sur le pied de la rédemption et dans un Christ triomphant, il fut ensuite question de la maison de Dieu.

1 Chron 22:7-10 : « Et David dit à Salomon: Mon fils, j'ai eu à coeur de bâtir une maison pour le nom de l'Éternel, mon Dieu; mais la parole de l'Éternel vint à moi, disant: Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres; tu ne bâtiras point une maison à mon nom, car tu as versé beaucoup de sang sur la terre devant moi. Voici, un fils te naîtra; lui, sera un homme de paix; et je lui donnerai du repos de tous ses ennemis tout à l'entour; car son nom sera Salomon. Et en ses jours je donnerai paix et tranquillité à Israël. Lui, bâtira une maison à mon nom; et il me sera pour fils, et moi je lui serai pour père; et j'affermirai le trône de son royaume sur Israël pour toujours »
Quoique David eût la pensée de bâtir une maison pour l'Eternel, il ne lui fut pas permis de le faire, parce qu'il avait versé beaucoup de sang (1 Chron 22:7-10).

Ce passage intéressant renferme deux types de Christ: comme le vrai David, Christ est homme de guerre; et comme le vrai Salomon, Il est homme de paix. C'est David qui avait rencontré et renversé ses ennemis, et c'est Salomon qui jouit ensuite de la paix et de la tranquillité.

Or Christ a revendiqué les droits divins par rapport au péché, en vue de la bénédiction des hommes. Ayant vaincu Ses ennemis, Il jouit des heureux bienfaits de Sa résurrection; aussi dit-il à Ses disciples: Paix vous soit (Jean 20:21). Aucun élément contraire ne peut surgir dans la sphère de la résurrection; là on trouve le repos, car il n'y existe ni adversaire ni mal quelconque.

1 Chron 21:14-18 : « Et l'Éternel envoya la peste en Israël; et il tomba d'Israël soixante-dix mille hommes. Et Dieu envoya un ange à Jérusalem pour la détruire; et comme il détruisait, l'Éternel le vit et se repentit de ce mal, et dit à l'ange qui détruisait: Assez ! Retire maintenant ta main. Or l'ange de l'Éternel se tenait près de l'aire d'Ornan, le Jébusien. Et David leva ses yeux, et vit l'ange de l'Éternel se tenant entre la terre et les cieux, ayant en sa main son épée nue étendue sur Jérusalem. Et David et les anciens, couverts de sacs, tombèrent sur leurs faces. Et David dit à Dieu: N'est-ce pas moi qui ai commandé de dénombrer le peuple ? C'est moi qui ai péché et qui ai mal agi; mais ces brebis, qu'ont-elles fait ? Éternel, mon Dieu, je te prie, que ta main soit sur moi et sur la maison de mon père, mais qu'elle ne soit pas sur ton peuple pour le frapper. Et l'ange de l'Éternel commanda à Gad de dire à David, que David montât pour dresser un autel à l'Éternel dans l'aire d'Ornan, le Jébusien »
Il fut donc réservé à Salomon de construire la maison de Dieu, bien que David on eût assuré le lieu et fait les préparatifs. Voici, dit il, dans mon affliction, j'ai préparé pour la maison de l'Eternel de l'or, cent mille talents et de l'argent, mille milliers de talents, et de l'airain et du fer sans poids, car il est en abondance; et j'ai préparé du bois et des pierres (1 Chron 22:14).

Vers la fin de sa vie, et par une circonstance bien frappante, David avait compris où il fallait bâtir l'autel de l'holocauste (1 Chron 22:1). Il avait péché en faisant dénombrer Israël (1 Chron 21:1), et Dieu fit tomber le jugement sur Son peuple (1 Chron 21:7).

Au point de vue de la responsabilité de la nation, tout avait manqué, et il ne restait d'autre ressource au malheureux roi que d'avouer sa faute et de demander à Dieu que Sa main fût sur lui et sur sa propre maison et non sur le peuple (1 Chron 21:17).

Alors Dieu, dans Sa grâce et dans Sa miséricorde, lui commanda de dresser un autel dans l'aire d'Oman, le Jébusien (1 Chron 21:18). Il fut exaucé par le feu qui descendit du ciel (1 Chron 21:26) et l'Eternel dit à l'Ange de remettre son épée dans le fourreau (1 Chron 21:27).

1 Chron 21:25-27 : « Et David donna à Ornan pour la place, en sicles d'or, le poids de six cents sicles. Et David bâtit là un autel à l'Éternel, et offrit des holocaustes et des sacrifices de prospérités, et invoqua l'Éternel; et il lui répondit par le feu des cieux sur l'autel de l'holocauste. Et l'Éternel parla à l'ange, et il remit son épée dans son fourreau »
Ensuite David dit: C'est ici la maison de l'Eternel Dieu, et c'est ici l'autel pour l'holocauste d'Israël (1 Chron 22:1). En vertu du sacrifice, Dieu se manifesta dans une grâce suprême et choisit ce même lieu pour être Son habitation; nous voyons par là que Sa maison devait être bâtie en dehors de toute question de manquement de Son peuple.

« (6:1) Et il arriva, en la quatre cent quatre-vingtième année après la sortie des fils d'Israël du pays d'Égypte, en la quatrième année du règne de Salomon sur Israël, au mois de Ziv, qui est le second mois, que Salomon bâtit la maison de l'Éternel. (6:2) Et la maison que le roi Salomon bâtit à l'Éternel avait soixante coudées de longueur, et vingt coudées de largeur, et trente coudées de hauteur. (6:3) Et le portique devant le temple de la maison avait vingt coudées de longueur, selon la largeur de la maison ; sa profondeur était de dix coudées devant la maison. (6:4) Et il fit à la maison des fenêtres fermées à linteaux saillants. (6:5) Et il bâtit, contre le mur de la maison, des étages à l'entour, contre les murs de la maison à l'entour du temple et de l'oracle ; et il fit des chambres latérales à l'entour. (6:6) L'étage inférieur avait cinq coudées de largeur, et celui du milieu six coudées de largeur, et le troisième sept coudées de largeur; car il fit des retraites dans l'épaisseur du mur de la maison, tout à l'entour, en dehors, afin que la charpente n'entrât pas dans les murs de la maison. (6:7) Et la maison, quand on la bâtit, fut bâtie de pierre entièrement préparée avant d'être transportée; et on n'entendit ni marteaux, ni hache, aucun instrument de fer, dans la maison, quand on la bâtit. » (1 Rois 6:1-7)

Le temple nous donne une idée plus vaste de ce qu'est la maison de Dieu. Par exemple, il n'y avait rien dans le tabernacle qui indiquât qu'on pouvait y demeurer, il n'y avait pas même de sièges pour les sacrificateurs. Tandis que dans le temple, il y avait des chambres latérales à l'entour (1 Rois 6:5-10). C'était non seulement le lieu où l'on s'approchait de Dieu, mais aussi celui où l'on pouvait demeurer. On trouve souvent cette pensée dans les Psaumes: Mon habitation sera dans la maison de l'Eternel pour de longs jours (Psaume 23:6). Bienheureux ceux qui habitent dans ta maison; ils te loueront incessamment (Psaume 84:4).

Jean 14:2-3 : « Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures; s'il en était autrement, je vous l'eusse dit, car je vais vous préparer une place. Et si je m'en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi » Jean 6:44-45 : « Nul ne peut venir à moi, à moins que le Père qui m'a envoyé ne le tire; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes: "Et ils seront tous enseignés de Dieu". Quiconque a entendu le Père et a appris de lui, vient à moi »
Le Seigneur faisait sans doute allusion aux chambres du temple, lorsqu'Il parlait à Ses disciples, à la veille de Sa mort, de plusieurs demeures dans la maison de Son Père, et de la place qu'Il allait leur préparer (Jean 14:2). Il voulait avoir dans cette maison des compagnons en intimité de l'amour divin. Il était venu ici-bas pour les avoir avec Lui, et Il se présentait comme l'objet qui devait primer dans leurs affections. Aussi était-Il le centre divin vers lequel le Père attirait les hommes (Jean 6:44-45).

Ainsi tout ce qui avait de l'attrait pour eux comme Juifs, tout ce qui était à leurs yeux un objet de vénération était dorénavant éclipsé par le Fils de Dieu. Quelque grand que fût Moïse pour un Juif pieux, il disparaissait devant la gloire excellente de Christ. La loi a été donnée par Moïse; la grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ (Jean 1:17). Jean-Baptiste était estimé, à juste titre, comme un serviteur de Dieu très distingué, et pourtant il parlait de Christ comme de Celui dont il n'était pas digne de délier la courroie des sandales (Jean 1:27). Le temple même n'était qu'une figure de Christ qui Seul est le vrai sanctuaire de la gloire divine (Jean 2:19-21). Quant au puits de Jacob, l'objet de la vénération des Samaritains, il perdait sa valeur en présence de Christ qui donne l'eau vive (Jean 4:14-15). Et bien que le réservoir de Béthesda, avec ses guérisons miraculeuses, rendit témoignage de la bonté de l'Éternel qui dure à toujours malgré la ruine évidente de Son peuple, cependant il y avait en Christ quelque chose de bien supérieur, car Lui guérissait l'homme qui ne pouvait profiter des bienfaits du réservoir (Jean 5:7-8). Il était bien supérieur aussi à la manne (Jean 6:35) et plus grand encore que la fête des tabernacles (Jean 7). Comme le bon Berger, Il remplaçait la bergerie juive (Jean 10). Tout ce qui avait une place légitime dans le cœur d'un Juif pieux était éclipsé par les gloires de Christ.

Finalement Christ est presenté dans la grandeur et la gloire qui Lui appartiennent. Comme Fils de Dieu, Il ressuscite Lazare (Jean 11); comme Fils de David, Il fait Son entrée à Jérusalem (Luc 19) et comme Fils de l'homme Il va à la mort pour ne plus être seul (Luc 24). Il est l'objet suprême de tous ceux que le Père instruit.

Et aujourd'hui le Saint Esprit nous parle de Christ de maniere à faire disparaître tout autre objet de nos cœurs. Tel est le but que Dieu se propose, et tel est le moyen dont Il se sert pour que Son Fils ait des compagnons dans Sa maison.

C'est en passant par la mort et en s'en allant au Père que Jésus nous a préparé une place. Sans cette mort, il ne Lui eût pas été possible de nous associer à Lui dans les affections du Père. Mais sitôt qu'Il fut ressuscité, Il dit à Marie: Va vers mes frères, et dis leur: Je monte vers mon Père et votre Père, et vers mon Dieu et votre Dieu (Jean 20:17). Et c'est notre privilège de goûter dès à présent les félicités de la maison du Père, en attendant le moment où Il nous introduira là-haut avec des corps glorieux et semblables au Sien.

1 Rois 8:10-11 : « Et il arriva que, comme les sacrificateurs sortaient du lieu saint, la nuée remplit la maison de l'Éternel; et les sacrificateurs ne pouvaient pas s'y tenir pour faire le service, à cause de la nuée, car la gloire de l'Éternel remplissait la maison de l'Éternel »
Lorsque la maison eut été bâtie et qu'on y eut apporté l'arche et les ustensiles, la nuée remplit la maison de l'Eternel (1 Rois 8:10-11). De même aussi, en Jean 14, nous voyons la nuée dans la maison du Père. C'est là qu'est le Fils, Lui qui dit: Père, je veux, quant à ceux que tu m'as donnés, que là où je suis, ils y soient aussi avec moi, afin qu'ils voient ma gloire, que tu m'as donnée; car tu m'as aimé avant la fondation du monde (Jean 17:24). N'est-ce pas là la nuée qui remplissait autrefois la maison à Jérusalem ? Les sacrificateurs ne pouvaient s'y tenir pour le service, à cause de la nuée, car une telle gloire exclut l'homme selon la chair.

Mais aujourd'hui il y a une compagnie céleste qui peut contempler la gloire divine, car ceux dont elle est composée sont devant le Père selon la justice et l'amour divins. La gloire spéciale que le Père a donnée au Fils est infiniment grande. C'est celle d'accomplir les conseils de l'amour divin et de faire ainsi connaître la gloire du Père. Cette gloire remplit déjà la maison du Père. Il nous y introduira pour que nous contemplions le Père glorifié dans le Fils. Si ceux qu'Il nomme frères sont appelés à partager Son sort dans ce monde, c'est parce qu'ils Lui sont associés dans un autre monde, celui du Père, là où se trouvent le repos et l'amour indicibles, et où Se manifeste Sa gloire.

Psaume 27:4 : « J'ai demandé une chose à l'Éternel, je la rechercherai: c'est que j'habite dans la maison de l'Éternel tous les jours de ma vie, pour voir la beauté de l'Éternel et pour m'enquérir diligemment de lui dans son temple »
Notre privilège est de demeurer dans la maison de Dieu et d'y contempler la beauté de l'Eternel (Psaume 27:4), car la place que Christ occupe devant le Père est la nôtre. C'est là qu'on éprouve la vraie satisfaction et le soulagement de cœur.

Je ferai remarquer qu'il n'est pas question de chant en rapport avec le tabernacle. Les Lévites devaient porter le tabernacle et ses ustensiles pendant la traversée du désert. Et nous avons, nous aussi, à prendre part aux afflictions qui appartiennent au témoignage du Seigneur dans ce monde-ci. On se trompe grandement si l'on croit pouvoir servir Dieu sans participer aux exercices qui sont liés à Son témoignage ici-bas. Il est vrai que Dieu met à notre service Ses ressources illimitées; cependant, comme serviteurs, nous avons une responsabilité bien grande et nous ne devons pas la méconnaître.

Mais, en 1 Chroniques 25, nous voyons sous un autre jour les représentants des familles sacerdotales, car ils chantent à l'Eternel. Tous ceux-là étaient sous la direction de leurs pères, d'Asaph, et de Jeduthum, et d'Héman, dans le chant de la maison de l'Eternel, avec des cymbales, des luths, et des harpes, pour le service de la maison de Dieu, sous la direction du roi (1 Chron 25:6).

Ils avaient cessé symboliquement les travaux du désert et ils étaient entrés dans le repos; ils pouvaient donc élever leurs chants d'allégresse devant l'Eternel. Sans doute que cela préfigurait le jour à venir.

Psaume 36:7-8 : « Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu ! Aussi les fils des hommes se réfugient sous l'ombre de tes ailes. Ils seront abondamment rassasiés de la graisse de ta maison, et tu les abreuveras au fleuve de tes délices ; » »
Dans un certain sens, nous pouvons, nous aussi, éprouver quelque chose de semblable. N'est-il pas possible de se retirer des soucis et des tracas qui caractérisent la vie du désert et des responsabilités qui appartiennent au service et au témoignage ici-bas, pour se recueillir devant Dieu et chanter comme ceux qui sont abondamment rassasiés de la graisse de sa maison ? (Psaume36:8)

Ah! si vraiment nous jouissions davantage de l'amour et du repos divins, nous saurions mieux chanter de nos coeurs à Dieu.

Si d'un côté le Seigneur dit: J'annoncerai Ton nom à mes frères, de l'autre, Il ajoute: Au milieu de l'assemblée je chanterai Tes louanges (Hébreux 2:12).



christdanslabible@gmail.com

facebook : Christ Dans La Bible