LA MAISON DE DIEU
CHAPITRE 2
Exode 27-29

COATES Jusqu'ici nous avons considéré le tabernacle et ce qu'il contenait. Disons quelques mots à propos de l'autel d'airain et de la consécration des sacrificateurs.

Exode 29:42-43 : « Ce sera l'holocauste continuel en vos générations, à l'entrée de la tente d'assignation, devant l'Éternel, où je me rencontrerai avec vous pour y parler avec toi. Et je me rencontrerai là avec les fils d'Israël, et la tente sera sanctifiée par ma gloire »
L'autel jouait un rôle important dans l'économie mosaïque. Sans faire partie du mobilier du tabernacle, il se trouvait cependant dans l'enceinte même, c'est-à-dire dans la cour du tabernacle, formant ainsi un lien entre le tabernacle et la congrégation d'Israël. Là encore Dieu s'adressait ordinairement à Son peuple: Je me rencontrerai avec vous pour y parler avec toi. Et je me rencontrerai là avec les fils d'Israël (Exode 29:42-43).

1 Tim 2:4-6 : « Notre Dieu Sauveur qui veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité; Car Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, l'homme Christ Jésus, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous, témoignage qui devait être rendu en son propre temps »
L'autel (Exode 27:1-8) représente Christ ayant glorifié Dieu à l'égard du péché, si bien que Dieu peut S'approcher des hommes comme un Dieu Sauveur et les bénir selon Son dessein. Notons aussi que l'autel, se trouvant à l'entrée de la cour du tabernacle, était en même temps en rapport avec la demeure de Dieu et sous les yeux du peuple. Cela correspond, je crois, à ce que nous lisons en 1 Timothée 2:5-6. C'est donc de la maison de Dieu que procède le témoignage divin.

Dieu veut que tous les hommes soient sauvés par l'homme Christ Jésus qui S'est donné Lui-même en rançon pour tous (1 Timothée 2:4). Jésus Seul a pu affronter le terrible jugement de Dieu. Et Il a enduré ce jugement en grâce pour tous les hommes. Sa résurrection démontre qu'Il a remporté la victoire sur la mort après avoir donné satisfaction aux justes exigences de Dieu. Béni soit Son nom !

L'œuvre de la rédemption étant accomplie, Dieu annonce aux hommes le pardon et la paix et Il les exhorte à se repentir. Il envisage le monde entier par rapport à la mort de Christ. C'est pourquoi Il fait connaître aux hommes Sa grâce et Sa bénédiction, s'adressant à eux pour ainsi dire de l'autel d'airain.

Passons à la consécration des sacrificateurs (Exode 29). Sans nous arrêter à l'onction d'Aaron -- type de Christ -- disons un mot à l'égard de celle de la famille sacerdotale.

Exode 29:4 : « Et tu feras approcher Aaron et ses fils à l'entrée de la tente d'assignation, et tu les laveras avec de l'eau »
Les fils d'Aaron, conduits d'abord jusqu'à l'entrée du tabernacle, furent ensuite lavés d'eau (Exode 29:4). Ceci préfigure la purification morale du pécheur. Par le lavage d'eau il est purifié de son état de souillure.

Il est a peine nécessaire d'ajouter qu'aussi longtemps que nous nous trouvons dans notre corps mortel, il nous est impossible d'être affranchis de la présence du péché; cependant il est possible de vivre dans une sainte séparation du péché qui demeure en nous et de ne plus reconnaître notre état dans la chair. La mort de Christ a mis fin devant Dieu à cet état-là.

A mesure que cette vérité importante a sa place dans nos cœurs, nous nous trouvons expérimentalement sur un autre terrain devant Dieu, et nous sommes caractérisés par un état bien différent de celui d'autrefois. Nous lisons en Jean 3:5: Si quelqu'un n'est né d'eau et de l'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Dieu implante pour ainsi dire dans l'âme ce qui est de Lui-même et qui produit le jugement de soi. De cette œuvre divine il résulte la purification morale, selon ce que dit le Seigneur: Vous êtes déjà nets à cause de la parole que je vous ai dite (Jean 15:3). Cette parole, la révélation qu'Il leur avait donnée de Lui-même et du Père, était le moyen dont Il se servait pour effectuer une telle purification dans leurs âmes; elle les amenait également à juger le mal et à s'en séparer.

Exode 29:8-9 : « Et tu feras approcher ses fils, et tu les revêtiras des tuniques; et tu les ceindras de la ceinture, Aaron et ses fils, et tu leur attacheras les bonnets; et la sacrificature sera pour eux un statut perpétuel: et tu consacreras Aaron et ses fils »
Puis, les fils d'Aaron furent revêtus des habits sacerdotaux (Exode 29:8-9), ce qui préfigure, semble-t-il, notre nouvel état devant Dieu. Associés au vrai Aaron, le Seigneur Jésus Christ, nous nous tenons en Sa présence revêtus d'une manière convenable.

Viennent ensuite les sacrifices. Ils consistaient en un taureau pour le péché, un bélier pour l'holocauste et un autre bélier, dit le bélier de consécration.

Exode 29:10 : « Et tu feras approcher le jeune taureau devant la tente d'assignation, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du taureau »

Exode 29:15 : « Puis tu prendras l'un des béliers, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier; et tu égorgeras le bélier »

Exode 29:19 : « Et tu prendras le second bélier, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier »
Aaron et ses fils devaient poser leurs mains sur la tête de la victime (Exode 29:10, 15, 19). Cela signifie l'appropriation de Christ de la part des croyants, par la foi, comme aussi leur identification avec Christ selon les traits moraux qui se manifestaient en Lui, ainsi qu'on peut le voir dans ces précieux types.

Il est cependant bon de noter que les sacrificateurs ne basaient leur confiance ni sur le lavage d'eau ni sur leurs vêtements; ceux-ci n'étaient pas non plus l'objet de leur vénération. Jamais de telles choses ne peuvent ôter le péché de devant Dieu; jamais il n'en monte vers Dieu une odeur agréable. Seule la mort de Jésus a pu répondre aux justes exigences de la gloire divine. Dans un dévouement et un amour sans bornes, Christ s'est voué à la mort afin de revendiquer la gloire de Dieu par rapport au péché.

Exode 12:5-7 : « Vous aurez un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an ; vous le prendrez d'entre les moutons ou d'entre les chèvres; et vous le tiendrez en garde jusqu'au quatorzième jour de ce mois; et toute la congrégation de l'assemblée d'Israël l'égorgera entre les deux soirs. Et ils prendront de son sang, et en mettront sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte, aux maisons dans lesquelles ils le mangeront »
Il y a une différence entre le cas d'un pécheur qui, par la foi, s'abrite sous le sang de Christ, comme le firent les Israélites en Egypte (Exode 12:7), et celui du sacrificateur qui pose ses mains sur la tête du sacrifice pour le péché (Exode 29:10). Ce sont là deux aspects de la mort de Christ dont l'un nous est présenté dans l'épître aux Romains et l'autre dans celle aux Hébreux.

Dans le premier cas, il s'agit de notre justification d'une manière parfaitement conforme à la justice divine; dans le second, il est question de notre purification selon la sainteté du sanctuaire. Celui-là tranche la question de nos péchés; celui-ci envisage notre accès auprès de Dieu.

Hébreux 10:19-22 : « Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu'il nous a consacré à travers le voile, c'est-à-dire sa chair, et ayant un grand sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur vrai, en pleine assurance de foi, ayant les coeurs par aspersion purifiés d'une mauvaise conscience et le corps lavé d'eau pure »
Christ a fait la purification des péchés selon la sainteté du sanctuaire pour que le croyant, d'un cœur vrai et purifié par aspersion d'une mauvaise conscience (Hébreux 10:22), soit en état de s'approcher de Dieu.

Le droit qu'a le croyant d'entrer dans le sanctuaire rend témoignage à l'efficacité du sacrifice de Christ par lequel Dieu a été infiniment glorifié.

Exode 29:17-18 : « Et tu couperas le bélier en morceaux; et tu laveras son intérieur et ses jambes, et tu les mettras sur ses morceaux et sur sa tête; et tu feras fumer tout le bélier sur l'autel: c'est un holocauste à l'Éternel, une odeur agréable; c'est un sacrifice par feu à l'Éternel »
On tua ensuite le bélier et on le brûla sur l'autel en holocauste (Exode 29:18). Par ce moyen, la famille sacerdotale était identifiée avec ce qui préfigurait l'offrande de Christ, dont la bonne odeur monte sans cesse à Dieu. Le feu de l'autel d'airain, consumant pour ainsi dire le péché, a manifesté la perfection de Christ et de Son dévouement. Son offrande exhale une odeur parfaitement agrëable à Dieu: Christ nous a aimés et S'est livré Lui-même pour nous comme offrande et sacrifice à Dieu en parfum de bonne odeur (Ephésiens 5:2).

Exode 29:19-20 : « Et tu prendras le second bélier, et Aaron et ses fils poseront leurs mains sur la tête du bélier; et tu égorgeras le bélier, et tu prendras de son sang, et tu le mettras sur le lobe de l'oreille droite d'Aaron, et sur le lobe de l'oreille droite de ses fils, et sur le pouce de leur main droite, et sur le gros orteil de leur pied droit; et tu feras aspersion du sang sur l'autel, tout autour »
Quant au second bélier, il était proprement le bélier de consécration. Aaron et ses fils posèrent d'abord leurs mains sur la tête de la victime; on mit ensuite le sang sur le lobe de leur oreille droite, sur le pouce de leur main droite, et sur le gros orteil de leur pied droit (Exode 29:19-20). Cela nous montre un autre aspect du sang précieux de Jésus et nous parle du dévouement sans bornes de Christ.

L'action de mettre le sang sur l'oreille, sur le pouce et sur l'orteil des sacrificateurs semble indiquer que les croyants doivent, dans leurs esprits, dans leurs cœurs, et dans leur marche, manifester le dévouement de Christ.

L'apôtre Paul en savait quelque chose lorsqu'il dit: L'amour de Christ nous étreint, en ce que nous avons jugé ceci, que si un est mort pour tous, tous donc sont morts, et qu'Il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour Celui qui pour eux est mort et a été ressuscité (2 Cor 5:14-15). L'amour de Christ remplissait le cœur de l'Apôtre; c'était le mobile de son service comme aussi de sa marche. Et il prie pour que les saints connaissent, eux aussi, l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance (Ephésiens 3). Dieu veut nous amener à connaître l'amour dont Christ est la parfaite expression, en attendant le beau jour où l'univers entier en sera rempli.

Exode 29:21 : « Et tu prendras du sang qui sera sur l'autel, et de l'huile de l'onction, et tu en feras aspersion sur Aaron et sur ses vêtements, et sur ses fils et sur les vêtements de ses fils avec lui: et il sera saint, lui et ses vêtements, et ses fils et les vêtements de ses fils avec lui »
Aaron et ses fils furent ensuite aspergés de sang et oints d'huile (Exode 29:21). Le sang -- mis d'abord sur l'autel pour faire propitiation (v. 12, 16), et ensuite sur l'oreille, sur le pouce et sur le pied des sacrificateurs -- est ici en rapport avec l'huile pour montrer que l'on ne peut recevoir le don de l'Esprit à part l'œuvre de la rédemption.

On ne saurait faire trop de cas du don de l'Esprit Saint; cependant la plupart des croyants ne comprennent guère cette vérité. C'est le Saint Esprit qui rend témoignage à l'efficacité du sacrifice de Christ. Comme résultat de l'œuvre de la rédemption, le corps du croyant est le temple du Saint Esprit et un membre de Christ.

Exode 29:22-24 : « Et tu prendras la graisse du bélier, et la queue, et la graisse qui couvre l'intérieur, et le réseau du foie, et les deux rognons et la graisse qui est dessus, et l'épaule droite (car c'est un bélier de consécration), et un pain, et un gâteau de pain à l'huile, et une galette de la corbeille des pains sans levain qui sera devant l'Éternel; et tu mettras le tout sur les paumes des mains d'Aaron, et sur les paumes des mains de ses fils, et tu les tournoieras comme offrande tournoyée devant l'Éternel »
Si de nos jours l'état spirituel de la chrétienté est desséché et flétri, c'est parce que la présence du Saint Esprit est généralement méconnue. On en fait mention dans les crédo, mais on ne reconnaît pas Sa présence ici-bas. Qu'il nous soit donné d'estimer davantage le don de l'Esprit !

Puis on mit la graisse, les parties inférieures, l'épaule droite du bélier de consécration, un pain et un gâteau de pain à l'huile et une galette de la corbeille des pains sans levain qui sont devant l'Eternel sur les paumes des mains d'Aaron et sur les paumes des mains de ses fils, le tout étant tournoyé comme offrande tournoyée devant l'Eternel (Exode 29:22-24). Les sacrificateurs se présentèrent devant l'Eternel avec les mains remplies (c'est ce que signigie le mot consécration) des choses qui exprimaient les perfections, le dévouement et l'amour de Christ.

Ce qui avait précédé cet acte -- c'est-à-dire les figures de la purification du monde et de la chair par le lavage d'eau, les habits sacerdotaux de ceux qui sont vivants à Dieu dans le Christ Jésus et ressuscités avec Lui, la contemplation de Christ comme sacrifice pour le péché et comme holocauste, l'assurance en même temps de notre parfaite identification avec Lui représentée par ces types, l'influence que le dévouement de Christ peut avoir sur nous et la réception du Saint Esprit -- tout cela nous amène au point culminant de cette histoire si profondément intéressante. Les adorateurs se présentent ainsi devant Dieu, leurs cœurs remplis des perfections de Christ. Ainsi nous voyons ce qu'est le vrai croyant aux yeux de Dieu.

Exode 29:25 : « Et tu les prendras de leurs mains, et tu les feras fumer sur l'autel, sur l'holocauste, en odeur agréable devant l'Éternel : c'est un sacrifice par feu à l'Éternel »
L'offrande, tournoyée sur les paumes des mains d'Aaron et de ses fils, était ensuite brûlée sur l'autel, sur l'holocauste (Exode 29:25). Ce que Christ est en Lui-même et ce qu'est Son sacrifice, joint à l'appréciation que les Siens en font, tout cela monte à Dieu en parfum de bonne odeur.

En dernier lieu, Aaron et ses fils devaient manger la chair du bélier et le pain de la corbeille, à l'entrée de la tente d'assignation (Exode 29:31-35). Ils devaient manger les choses par lesquelles la propitiation avait été faite pour leur consécration et leur sanctification.

Exode 12:8 : « Et ils en mangeront la chair cette nuit-là; ils la mangeront rôtie au feu, avec des pains sans levain, et des herbes amères »
Ils avaient déjà mangé l'agneau rôti au feu (Exode 12:8). Si moralement nous sommes nourris de l'Agneau, nous ne pouvons plus rester en Egypte. Mais en mangeant le bélier de consécration, nous nous nourrissons de l'amour de Christ et nous éprouvons le besoin de nous approcher de Dieu. Dans le premier cas, c'est manger pour mieux sortir de l'Egypte; dans le second, c'est manger pour mieux entrer dans le sanctuaire.

La consécration de la famille sacerdotale une fois accomplie, l'autel fut purifié et sanctifié (Exode 29:36-37). Vient ensuite l'ordonnance de l'holocauste continuel (Exode 29:38-42). Alors Dieu dit: J'habiterai au milieu des fils d'Israël, et je leur serai Dieu; et ils sauront que moi, l'Eternel, je suis leur Dieu, qui les ai fait sortir du pays d'Egypte, pour habiter au milieu d'eux. Je suis l'Eternel, leur Dieu (Exode 29:45-46).



christdanslabible@gmail.com

facebook : Christ Dans La Bible